Le bernard l’hermite

IMG_0538

Quand nous nous promenons dans les mangroves, nous croisons souvent des bernard l’hermite au détour d’un chemin.

Les bernard l’hermite  se caractérisent par le fait qu’ils possèdent en général un abdomen mou dépourvu de carapace. Par conséquent, ils occupent pour se protéger des abris qui, pour la majorité des espèces, sont formés par des coquilles de gastéropode mais aussi des éponges ou des bambous. La plupart des bernard l’hermite sont aquatiques mais certains peuvent vivre dans un environnement terrestre humide, c’est en particulier le cas des bernard l’hermite d’élevage.

Ces espèces changent de carapace régulièrement. Elles se distinguent également par le fait qu’elle possèdent une pince droite plus grosse et plus puissante que leur pince gauche. Grâce à cette morphologie, elles peuvent se protéger efficacement d’une entrée indésirable dans leur coquille.

Dans la région littorale tropicale, ils sont parmi les organismes les plus abondants et de très nombreuses espèces sont découvertes tous les ans.

  • Le crabe de cocotier (Birgus latro) et les Coenobita sont des bernard l’hermite terrestres. Ils sont totalement adaptés à la vie terrestre à l’âge adulte. Seuls les stades larvaires se déroulent en milieu marin. Les Coenobita portent une coquille pour protéger leur abdomen mou. Le crabe de cocotier, quant à lui, a évolué de telle façon que la forme adulte n’a plus besoin du port d’une coquille.
  • Les lithodidés ou crabes royaux qui, contrairement aux autres espèces de paguroïdés, possèdent une carapace solide très similaire à celle des crabes proprement dits. Il s’agit là d’un exemple d’évolution parallèle au sein des crustacés décapodes.
  • Le pagure, (Pagurus bernhardus) : c’est le bernard l’hermite commun que l’on trouve sur les côtes atlantiques européennes.